Henrichemont, cité de Sully
Histoire

Des potiers depuis le XVIe siècle
Le village de La Borne, situé à la limite orientale de la Principauté de Boisbelle, (hameau dont les habitants se répartissent sur les communes d'Henrichemont et de Morogues) constitue un pôle culturel hors du commun, autour d’un artisanat particulier né de la terre et du feu : la poterie. Les traces écrites attestent de cette activité dès le XVIème siècle. La production traditionnelle se compose de pièces utilitaires en grès. Vient s’y ajouter une création d’imagerie populaire très recherchée par les collectionneurs. Des noms devenus fameux illustrent des familles (voire des dynasties) de potiers de La Borne : Talbot, Bedu, Bernon, Foucher… sans oublier Marie Talbot pour sa production imagière. Dans la première moitié du vingtième siècle l'usage du grès, lourd et parfois fragile, fut remplacé par celui du zinc et de matériaux plus légers, plus durables. La guerre de 1914/1918 n’épargna pas les potiers, tourneurs, manœuvres et ouvriers forestiers. Les effectifs baissèrent, l’entre-deux guerres fut une période de déclin. En 1896, on comptait 91 potiers, en 1914, 14 fours étaient en activité et il n'en restait que 4 en 1950.  
 
Après le déclin, le renouveau
La plupart des céramistes de grès qui renouvelleront la création dans la deuxième partie du XXe siècle vont passer par La Borne. Successivement de jeunes sculpteurs viendront s’installer dès les années 1940. Alors que la poterie traditionnelle périclite, La Borne attire des céramistes de plus en plus nombreux, venus du monde entier. Au cours des années soixante, des élèves de l’atelier de céramique de l’école des Beaux-Arts de Bourges s’installent à La Borne et dans les alentours. Leur création est vivante et se transforme avec les influences étrangères, les voyages au Japon et l’introduction des fours à bois orientaux couchés à une ou plusieurs chambres. 
 
La Borne aujourd'hui
De nos jours, La Borne est un haut lieu de la poterie comptant près de 80 potiers et céramistes qui renouvellent sans cesse leur création et attirent des artistes venant de l'étranger. Les manifestations professionnelles comme les « rencontres de La Borne » permettent de rassembler des céramistes du monde entier, en facilitant les échanges dans un climat de partage et d'amour de l'art. Ainsi, « La Borne en feu » en 1990 et « La Borne s'enflamme » en 2007 furent l'occasion pour le public d'assister aux cuissons au bois qui sont la spécificité de ce village de potiers. 

Le « Musée de la poterie » installé dans la chapelle St Jean Baptiste est consacré à la poterie traditionnelle. Le Centre Céramique Contemporaine La Borne (CCCLB) présente les créations des artistes locaux, français et étrangers, apportant ainsi un rayonnement supplémentaire à la réputation de La Borne.  
Quatre fours à bois traditionnels ainsi que l'atelier-four de Vassil Ivanoff sont inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques dans un but de protection architecturale et patrimoniale de ce village original. 
Four Foucher
Musée de la Poterie
CCCLB, extérieur
CCCLB, intérieur